Un match de légende entre le Real Madrid et City en demie de Ligue des Champions

Par clemgl le avril 27, 2022
Qui d'autres que Manchester City et le Real Madrid pour nous offrir une demi-finale aller de Ligue des Champions aussi somptueuse et tempêtueuse que celle là ? On a peut-être vu, hier soir, un match de légende qui combine à la fois des moments de grasse et d'erreurs qui ont permis de nous offrir ce […]

Qui d'autres que Manchester City et le Real Madrid pour nous offrir une demi-finale aller de Ligue des Champions aussi somptueuse et tempêtueuse que celle là ? On a peut-être vu, hier soir, un match de légende qui combine à la fois des moments de grasse et d'erreurs qui ont permis de nous offrir ce spectacle à la fois pour les citizens mais également pour les madrilènes. Un match qui restera dans les anales de par son score de 4-3 mais également par ses gestes spectaculaires et moments de grâce des 2 côtés. On a hâte d'être la semaine prochaine pour assister au 2ème round de cette confrontation déjà historique !

Match d'anthologie à l'Etihad Stadium !

La demi-finale entre Manchester City et le Real Madrid annonçait déjà la couleur. Entre une équipe de City, menée par Pep Guardiola, qui affiche un niveau extraordinaire de maîtrise dans ses matchs et une équipe, menée par Carlo Ancelotti, qui ne lâche jamais rien même lorsqu'elle peut paraître au fond du trou, c'est un nouveau match à classer dans la légende de la Ligue des Champions.

Mené 3 fois par 2 buts d'écart, le Real n'a jamais semblé trembler ou que très peu lorsque des évènements inexplicables viennent s'ajouter à une soirée grandiose. Manchester City a eu, plusieurs fois, l'occasion de tuer le match notamment dès les 20 premières minutes et lorsqu'ils menaient par 2 buts d'avance mais lorsque l'on affronte le Real, il faut toujours refermer le cercueil après l'avoir abattu quelque soit la situation.

La doublette du Real (Benzema/Vinícius) n'a jamais eu autant d'importance que cette saison. Le français qui est le véritable fer de lance de l'équipe depuis maintenant 3 saisons n'a jamais semblé aussi fort que cette saison. Face au PSG, à Chelsea et maintenant face à Manchester City, il démontre à chaque match qu'il fait parti des meilleurs. Il rentre petit à petit dans l'histoire mais nul doute que cette saison le fera passer comme le numéro 1 au niveau du football mondial.

Son petit frère, Vinícius, n'avait pas été très bon au tour précédent lors du match retour face à Chelsea. Malgré quelques difficultés à se mettre en route, il s'est ajusté et a fait très mal à la défense de City. John Stones n'a d'ailleurs pas pu poursuivre le match, lui qui était déjà incertain avant le match et a dû laisser sa place à Fernandinho. Un mal pour un bien pour Vinícius qui a pu se jouer de lui pour inscrire un but d'anthologie en partant du milieu de terrain, laissant passer la balle entre ses jambes et les jambes de Fernandinho pour ensuite percuter jusqu'à la surface de réparation citizen et aller chercher le petit filet opposé d'Ederson.

Les défenses de chaque côté n'ont pas été au rendez-vous, mais du côté madrilène, Thibault Courtois devait se sentir bien seul lorsque les citizens s'infiltraient dans les derniers mètres. Les 4 buts encaissés ont été marqués remarquablement par les hommes de Guardiola mais la défense composée de Carvajal, Militão, Alaba et Mendy n'a vraiment pas été au niveau d'un tel match hier soir.

Manchester City gardera quand même son avantage au score et se déplacera, fort de son avance, au Santiago Bernabéu où les madrilènes sont rois et ne vont certainement pas laisser passer les anglais en finale si facilement ...

Le pressing intense de Manchester City et les solutions du Real pour y remédier

Le Real aurait pu passer une toute autre soirée, hier soir, face à Manchester City. Les anglais ont débuté tambours battants et n'ont pas trainé pour ouvrir la marque dès la 2ère minute de jeu. Les madrilènes ne semblaient pas encore rentrés dans le match et à ce niveau-là de la compétition, cela se paie cache.

Mais attardons-nous plutôt sur le 2nd but encaissé où City récupère le ballon quasiment à la ligne médiane du terrain et où les madrilènes n'ont pas la capacité à aller presser le porteur parce que celui-ci dispose déjà d'une grande technique mais se positionne également dans des zones qui ne sont pas "dangereuses" pour les madrilènes. City qui ne joue pas avec un pur numéro 9, possède d'autres qualités et cela met en grande difficulté les centraux du Real. N'ayant pas vraiment de marquage sur un joueur précis, c'est avant-tout une question d'interprétation que devaient faire face Militão et Alaba. Et malheureusement, les 2 défenseurs centraux n'ont pas été au rendez-vous hier soir.

Manchester City a mérité de remporter ce match aller notamment parce qu'elle a dominé globalement sur les 90 minutes. Pep Guardiola et son équipe n'ont pas arrêté de presser et lorsqu'elle s'est mise à temporiser un petit peu, elle s'est faite avoir par l'équipe madrilène et ses cadors tels que Modric, Benzema et Vinícius.

Carlo Ancelotti savait dès le tirage au sort que son équipe allait très certainement souffrir contre une équipe qui est redoutable dans tous les domaines. Mais c'est aussi une équipe qui peut avoir des moments de doute et d'inattention notamment en Ligue des champions. Attendre en bloc bas les anglais comme l'on fait les voisins madrilènes, en l'occurence l'Atletico de Madrid, n'était pas forcément la meilleure solution au vu de la qualité des joueurs madrilènes. Si l'on peut dire que l'Atleti est resté vivant après son match aller à Manchester grâce à son bloc bas, pour le Real, il fallait un autre plan de jeu pour s'en sortir.

Récupérer le ballon à la moitié du terrain et aller presser son adversaire dans son camp lorsque ce dernier reculait était l'objectif. Un objectif ambitieux mais inévitable si tu veux rester en vie pour le match retour. Si on omet les grossières erreurs défensives madrilènes, les madrilènes et citizens se sont rendus coup pour coup dans un duel qui se terminerait par celui qui fait le moins d'erreurs. Tiens ne serait-ce pas là la marque de la Ligue des Champions ? Celui faisant le moins d'erreurs remporte la Ligue des Champions. C'est la compétition où les petits détails sont d'une extrême importance et c'est pour cela que c'est la compétition la plus difficile à remporter.

Les problèmes défensifs du Real Madrid

Si le match a été aussi spectaculaire c'est aussi parce que du côté du Real Madrid, il y a de grossières erreurs défensives que cela soit techniquement et tactiquement. Tout juste revenu de blessure, David Alaba a passé une sale soirée et ne semblait pas vraiment apte à assumer un tel niveau d'intensité imposé par l'adversaire hier soir. Il est même coupable sur le 2ème but de City, inscrit par Gabriel Jesus, lorsqu'il n'arrive pas à s'orienter correctement. Un tel manque d'attention à ce niveau là de la compétition, cela ne pardonne pas. Toni Kroos (on en parlera juste après) n'est pas aussi de tout reproche sur ce second but de l'équipe menée par Guardiola.

Si David Alaba n'a pas réalisé un grand match, il y a aussi ses 3 compères qui ont été en grande difficulté également. Depuis maintenant quelques matchs, Militão ne semble pas être dans la forme de sa vie et cela s'est encore plus vu hier soir face au pressing étouffant de City qu'il l'a obligé à dégager,  la plupart du temps, le ballon.

A côté de lui, Dani Carvajal a lui aussi subi une soirée cauchemardesque. Pas au niveau depuis quelques temps déjà, c'est lui qui est responsable du premier but encaissé dès les premières secondes de jeu en ne suivant pas le déplacement de Kevin De Bruyne dans la surface.
Plusieurs opportunités de City viendront également de son côté où l'espagnol ne semblait pas vraiment dans son assiette pour cette demi-finale aller de Ligue des Champions.

On a déjà parlé de 3 des 4 joueurs qui formaient la défense et celui qui manque à l'appel n'est autre que Ferland Mendy. Le latéral gauche français très apprécié par les supporters madrilènes pour ses qualités de défenseur n'a pas non plus brillé hier soir. Pas très à l'aise techniquement, cela s'est fait ressentir lorsqu'il fallait ressortir le ballon où même venir proposer des solutions offensivement. S'il est à l'origine du premier but madrilène, on peut dire que son centre qui n'est pas de grande qualité a été réalisé dans la bonne zone mais que Benzema fait 95% du travail sur ce but. Fautif en ayant perdu la balle sur le 3ème but citizen, il a énormément souffert face à Riyad Mahrez. Match à oublier pour le français.

Si le Real Madrid souhaite accéder à la finale, il faudra que Carlo Ancelotti et ses hommes soient beaucoup plus présents défensivement et techniquement pour pouvoir y arriver.

Toni Kroos n'est pas dans le forme de sa vie ...

Depuis quelques temps, l'allemand ne semble pas avoir autant d'importance que les années précédentes et hier soir, face à Manchester City, cela s'est confirmé. En l'absence de Casemiro blessé, c'est lui qui occupait le poste de numéro 6 devant la défense et cela change bien évidemment la façon de jouer des madrilènes. Installé comme premier fer de lance de l'équipe, il a certes aidé lors des quelques sorties de balle réussies par les madrilènes mais a été un gros problème lorsqu'il fallait respecter les zones que doit occuper le joueur à ce poste-là.

Il est en grande partie responsable au même titre de David Alaba sur le 2nd but des anglais lorsqu'il ne vient pas couvrir la zone qu'il devait couvrir. Si jamais il avait respecté ce que devait faire un vrai numéro 6, le but ne serait certainement jamais arrivé, ou du moins, par sur cette situation.

S'il est responsable sur le 2nd but, il n'a pas eu le niveau également que requiert un tel match de la compétition. Mais peut-on vraiment lui en vouloir ? Tous les joueurs ont des profils différents qui se rapprochent plus ou moins les uns des autres et le football est fait de cycle où l'intensité grandit de saison en saison et demande, en plus des qualités techniques, des qualités de marathonien impressionnantes. Et à ce petit jeu là, Toni Kroos ne correspond absolument pas à ce football là. Si en Liga l'allemand semble encore être au niveau, la Ligue des Champions expose tous les défauts de son jeu. Ce n'est pas à cause de lui, il n'est juste pas fait pour ce nouveau football qui demande de combiner énormément d'intensité et de technique à la fois.

Benzema et Vinícius maintiennent le Real en vie !

Le Real a souffert, beaucoup souffert mais comme d'habitude il s'en est remis à ses 2 joueurs offensifs qui ne cessent d'être gigantesques. Mené par 2 buts à 3 reprises, Benzema et Vinícius ont maintenu une équipe madrilène au bord du gouffre, un peu comme d'habitude me direz-vous.

Le français a été une nouvelle fois royal dans tous ce qu'il a réalisé mais surtout létal lorsqu'il s'approchait de la surface de réparation de Manchester City. Sur sa première frappe, il réduit la marque d'un but pied gauche qu'il va chercher tout seul et inscrit le 3ème et dernier but de son équipe sur penalty après une panenka que seul les plus grands de ce sport sont capables de réaliser dans de telles conditions.

Son petit frère Vinícius a peut-être inscrit un but qui restera dans le livre d'histoire de la Ligue des Champions. En difficulté sur ses premiers ballons, John Stones et surtout Fernandinho en ont vu de toutes les couleurs par la suite. Insaisissable la plupart du temps, il a fait vivre un cauchemar à son compatriote brésilien qui n'a rien pu faire sur le dribble réalisé par Vinícius sur un but que lui seul s'est permis d'inscrire. Le Real est toujours en vie et peut remercier grandement ses 2 joueurs que rien ne semble pouvoir arrêter ...

90 minuti en el Bernabéu son molto longo

Juanito, célèbre numéro 7 et joueur emblématique du Real Madrid est souvent évoqué lorsqu'il faut réaliser quelque chose que seul le Real Madrid est capable de faire. Lorsque ce dernier est dans une situation inconfortable pour le match retour, "l'esprit de Juanito" est invoqué. Celui qui lors de ses années madrilènes avait déclaré en italien après avoir perdu le match aller 2-0 à l'extérieur "90 minuti en el Bernabéu son molto longo". Et cela sera le cas pour ce match retour entre le Real Madrid et Manchester City dans exactement une semaine au Santiago Bernabéu.

Cette équipe du Real est capable de renverser des montagnes et l'a démontré contre le PSG et Chelsea lors des tours précédents et comme le dit le dicton "Jamais 2 sans 3". Pour cela, le Real devra réaliser un match parfait dans les 2 surfaces et tous les joueurs devront être au niveau. Les supporters devront eux aussi donner de la voix pour porter l'équipe et réaliser une fois de plus l'impossible et rejoindre paris pour se hisser en finale.

Rendez-vous dans une semaine pour une demi-finale retour encore une fois qui risque d'être explosive et historique !

Article écrit par clemgl
crossmenuarrow-down