Sergio Ramos

Gracias por todo Sergio

C’est officiel depuis hier, Sergio Ramos, l’emblématique capitaine du Real Madrid quitte le club après 16 années de bons et loyaux services.

Sergio Ramos, c’est plus qu’un joueur, c’est tout d’abord un homme avant d’être un capitaine. Un homme qui a dédié presque toute sa carrière au Real Madrid.
Capitaine de l’équipe depuis le départ de Iker Casillas, Sergio a marqué de son empreinte l’histoire du club. Faisant parti de l’équipe ayant remporté le fameux “three-peat” (3 LDC d’affilées), il en n’est pas moins l’un des plus grands protagonistes.

Arrivé comme un roi, il repart comme une légende, tel est l’image de Sergio Ramos au Real Madrid.
Il était plus qu’un joueur au Real, il avait un pouvoir dans certaines décisions que prenait le club. C’est dire à quel point le Real Madrid perd le joueur le plus important des 20 dernières années.

92.48, la décima

Ce timer est connu par tous les madridistas dans le monde, c’est l’un des buts les plus légendaires de l’histoire du football.
2014, mai, finale de ligue des champions à Lisbonne face au voisin, l’ennemi juré, l’Atletico de Madrid, une date et un match historique pour la fameuse “décima” la 10ème ligue des champions du club.
92.48, c’est à ce moment là que Ramos envoie le ballon au fond des filets de Courtois pour égaliser. Un moment inoubliables pour tout le monde tant la joie de ce but dépasse les émotions que l’on peut décrire.
La décima, c’est sa ligue des champions, personne d’autres ne peut la lui enlever. Depuis ce match, le Real Madrid a passé un cap dans sa compétition et cela grâce à cet homme Sergio Ramos.

De Camas au Real

Originaire de Camas, une petite commune située en Andalousie, dans la province de Séville en débutant au FC Séville puis au grand Real Madrid. Une histoire qui aura duré 16 longues années lors desquelles il y aura eu des déceptions mais également beaucoup de joies.
L’un des regrets de Sergio, c’est surement son départ du FC Séville, beaucoup de locaux là-bas lui reproche d’être parti comme un voleur. A chaque fois que Ramos retournait jouer au Sanchez Pizjuan, il se faisait huer, siffler, par une partie des supporters sévillans.
Un transfert qui fait parti de la légende Ramos et qui lui a permis d’accéder, très jeune, au plus grand club du monde.

¡ Hasta el final, Vamos Real !

Depuis ce but en finale de ligue des champions en 2014, cette phrase a pris tout son sens. Lorsque l’on parle de Sergio Ramos, on pense évidemment à cet évènement mais surtout à l’homme qui a sauvé bon nombre de fois son équipe par des buts dans les dernières minutes.
La saison 2016/2017, certainement celle qui a permis de voir la force de détermination de Sergio Ramos.
La Liga au même titre que la Ligue des Champions 2014, c’est la sienne. Buteur à de nombreuses reprises dans les arrêts de jeu, il a permis au club d’arracher le tire de Champion d’Espagne au nez et à la barbe du FC Barcelone.

C’est certainement cette caractéristique propre à Ramos qui a voulu un mariage parfait avec le Real, cette détermination dès le plus jeune âge, cette capacité de leadership hors du commun entrainant tout le monde derrière lui, qui lui vaut aujourd’hui d’être le joueur qu’il est.

Fin de cycle

Après le départ de Cristiano Ronaldo, beaucoup de monde nous expliquait que c’était une fin de cycle pour le Real Madrid. Mais le départ de Ramos, présent depuis 16 ans, marque vraiment la fin.
Un départ qui va permettre au Real Madrid de construire quelque chose de nouveau. La question économique rentre bien évidemment en compte et le président du Real a le souhait de faire venir Kilian Mbappé cet été. Un départ d’un cadre pour libérer la masse salariale était alors inévitable.
Les négociations avec le clan Ramos plus particulièrement avec son frère représentant et agent de Sergio ont trainées et la direction du club a commencé à préparer la nouvelle saison sans lui.
Une nouvelle saison qui fera office de nouvelle ère du côté de Chamartín sans son capitaine et leader de la défense.

¡ Gracías por todo Sergio, ojalá volveras muy pronto al club de tu vida !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *