Le petit prince de Madrid

“Le football est le reflet de notre société. Regardez bien l’expression d’un joueur sur le terrain, c’est sa photographie dans la vie.” Aimé JACQUET

C’est ainsi que l’on peut définir “le petit prince de Madrid” Luka Modric, toujours modeste que cela soit sur un terrain de football ou même en dehors.

Depuis son arrivée en septembre 2012 en provenance des Spurs de Tottenham, Modric fait le bonheur des supporters du Real Madrid et son histoire avec ce dernier n’est pas encore terminée.

Utilisé souvent comme relayeur droit dans un milieu à 3 aux côtés de Toni Kroos et Casemiro, le robuste Modric est un joueur sur lequel on peut toujours compter lorsqu’il faut sortir de la pression adverse et contrôler le tempo du match. Doté d’un volume de jeu énorme, il excelle non seulement dans le jeu avec mais également sans ballon en multipliant les efforts pour récupérer le cuir.

L’art de l’extérieur

L'infatigable petit homme de Madrid

Crédits : Footmercato

Le petit prince de Madrid est doté d’une qualité que beaucoup d’autres footballeurs lui envient, l’utilisation de l’extérieur du pied.
Tel une oeuvre d’art, ce geste émerveille les spectateurs de part cette courbe dessinée et cette élégance dans la construction de cette caresse au ballon.
L’extérieur du pied ou trivela (expression portugaise pour désigner une passe de l’extérieur du pied) est un geste qui ravit les spectateurs tant par sa classe que par la difficulté à l’exécuter à la perfection. À ce jeu là, le petit prince de Madrid reste l’un des rares joueurs en activité à le réaliser à la perfection.
Modric utilise toujours ce geste à bon escient pour faire avancer l’équipe vers une zone sur laquelle il souhaite que l’équipe se dirige ou même pour se sortir d’une situation compliquée.

En guerre pour le football

Crédits : 9sportpro

Luka Modric originaire de Zadar, en Croatie, est né en 1985 et a une enfance pour le moins très compliquée.
Les guerres de Yougoslavie (conflits entre plusieurs territoires de l’ancienne république fédératrice socialiste de Yougoslavie) dont celle opposant la Serbie à la Croatie a fait des milliers de morts, dont est témoin Luka lui-même, encore trop jeune pour comprendre la situation.
C’est par le biais de sa famille, de ses parents ainsi que son grand-père “Luka” (avec qui il avait une relation particulièrement forte) assassiné devant les yeux de son père qu’il commence à assimiler la nature de ce qui est en train de se passer.

Etant obligés de fuir la région, Modric et sa famille vivent longtemps dans un petit hôtel exigu où lui, ses soeurs et ses parents se réfugient.
Malgré la situation, Luka garde toujours le football en tête, même pendant ces évènements tragiques qui l’entoure, il joue avec son ballon sur le parking de l’hôtel, seul endroit pas encore en miette sur lequel il rencontre d’autres jeunes enfants avec qui il se noue d’amitié.

Formation à la dure !

Formé au Dynamo Zagreb, il a quelques difficultés à devenir professionnel, souvent critiqué par sa petite taille et son physique trop frêle aux yeux de ses éducateurs et entraineurs. Il doit montrer grâce à ses qualités de footballeur que même sans celles-ci, il peut devenir un joueur professionnel.
Passé par un championnat plus rude, en Bosnie, au Zrinjski Mostar là où il découvre un football dur sur l’homme là où la qualité physique prend le dessus sur la qualité technique. Et cette étape est importante pour la suite de la carrière de Luka puisqu’il comprend de par son intelligence que pour passer ce cap, il faut travailler d’autres aspects du corps que l’utilisation des pieds avec un ballon de football.

Début d’une carrière légendaire

Signant son contrat professionnel avec le Dynamo Zagreb avec qui il y fait les beaux jours notamment en remportant 3 fois le championnat et 2 fois la coupe en devançant à plusieurs reprises le grand rival l’Hajduk de Split.
Il poursuit son rêve en s’envolant vers l’Angleterre à Londres en 2008 pour les Spurs de Tottenham avec qui il rencontre l’un de ses mentors, Harry Redknapp. L’homme qui lui permet d’occuper le poste dans lequel il évolue encore aujourd’hui : milieu relayeur.
Harry voit en lui un milieu capable de tout faire. Un mentor qui donne tout à Luka même si il refuse avec le président de Tottenham Daniel Levy de réaliser un transfert vers Chelsea en 2011. Cet hypothétique transfert aurait pu donner un élan supplémentaire à la carrière de Modric. Luka, énervé, doit encore attendre avant de se voir dans un gros club européen …

Le rêve d’une vie

L'infatigable petit homme de Madrid

Crédits : Causerie-Magazine

L’été 2012 est la délivrance pour Luka Modric, et pourtant que ce fut compliqué, Mourinho contacte le Croate pour lui montrer son désir de le faire venir au sein de la capitale espagnole en fin de saison 2011-2012.
Mais la donne est loin d’être jouée, il va même au clash avec son club pour rejoindre Madrid. Lui qui ne veut pas que son histoire avec le club londonien se termine ainsi, reçoit quand même le soutien des supporters des Spurs qui lui offrent une dernière ovation lors de son dernier match à White Hart Lane face à Manchester City lors d’une victoire des siens sur le score de 2-1.

L’arrivée du futur petit prince de Madrid du côté de Concha Espina n’est pas sans repos, décrié lors de l’annonce de son transfert au Real Madrid par des enquêtes réalisées par certains médias espagnols allant même dans un sondage lancé par le journal Marca, le désigné “pire recrue de l’année”.
Il débute souvent sur le banc lors de la saison 2012-13 mais devient un titulaire indiscutable après un 8ème de finale de ligue des champions contre Manchester United lors duquel il inscrit le but égalisateur après être rentré en jeu. Son histoire avec le Real peut enfin débuter.

Mourinho explique l’importance de Modric au sein de l’équipe :

L’apothéose de sa carrière

L'infatigable petit homme de Madrid

Crédits : realmadrid

Vainqueur de la fameuse et tant attendue “Décima” la 10ème ligue des champions du Real, Modric a un impact fondamental sur celle-ci, notamment en réalisant le corner décisif amenant l’égalisation de Sergio Ramos à la 93ème minute face aux rivaux de l’Atletico de Madrid.

Lors de cette saison, Ancelotti (nouveau coach après l’éviction de Mourinho au terme de la saison 2012-2013) le positionne dans un milieu à 2, en double pivot aux côtés de Xabi Alonso dans son fameux “sapin de noël” le 4-2-3-1.
Il devient alors un homme fort du Real autour de la BBC et des cadres du club après seulement 1 saison passée à Madrid, les éloges pleuvent sur le croate jusqu’à intégrer l’équipe type de la Liga.

L’association avec le milieu de terrain allemand Toni Kroos, à la suite du départ de l’espagnol Xabi Alonso, voit le Real remporter 3 ligues des champions d’affilées. Véritable exploit historique jamais réalisé dans le football moderne dans lesquels Modric a un impact pour le moins très important, surtout dans les moments difficiles au cours de quelques matchs tel que celui contre l’Atletico de Madrid lors de la demi-finale retour au Vicente Calderon lorsque ses coéquipiers sont en train de prendre l’eau, c’est lui qui remet le Real sur les bons rails en annihilant à lui seul le pressing étouffant des Colchoneros.

Roi du ballon rond

L'infatigable petit homme de Madrid

Crédits : L’équipe

Arrivé 4ème au ballon d’or en 2017, le petit prince de Madrid voit le graal arriver entre ses mains l’année suivante à la suite de la dernière des 3 ligues des champions remportées et d’un mondial dans lequel il mène son pays en finale de la Coupe du Monde.
Une récompense amplement méritée après tous les efforts consentis pour en arriver ici. Lui même n’en croit pas ses yeux, lui qui reste toujours humble a souhaité dédicacer ce trophée à tous les autres joueurs qui auraient mérité de le remporter comme Iniesta et Xavi entre autres.
Il restera comme le premier joueur croate de l’histoire à avoir obtenu la récompense que tout jeune rêve d’acquérir un jour, le ballon d’or.

35 ans et encore toutes ses dents ?

Enfin l’heure de raccrocher les crampons pour Luka Modric ? N’étant pas éternel, lui qui aujourd’hui à l’âge de 35 ans a certainement ses meilleurs années derrière lui mais est-il encore capable de d’apporter quelque chose au Real Madrid ?
La réponse est certainement oui, même à cet âge là il continue d’émerveiller le monde entier par sa facilité balle aux pieds à faire des différences tant par la passe que par le dribble.
Zidane souhaite encore tirer la corde pour le petit prince de Madrid lui étant amoureux du joueur originaire des balkans,
Une prolongation de 1 saison supplémentaire serait en discussion, ce qui permettrait au petit prince de Concha Espina de prendre sa retraite au sein de la Maison Blanche, comme un certain Zinedine Zidane en 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

odio vel, ipsum elit. ut Praesent eleifend accumsan risus. justo consectetur